Saint-Verius Academy
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour oublier le temps qui passe (NIKI)

avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 24 Juin 2017 - 19:58

Une respiration. Un soupir. Des gouttes perlaient sur son visage. La chaleur de l’extérieur l’exténuait plus que d’habitude. Il lui était difficile de correctement respirer et de bouger par ce temps. D’une main, Helden releva sa longue frange blonde de son front. Cela faisait plusieurs jours qu’il n’était pas sorti de sa chambre, où alors, c’était pour aller chercher quelque chose à proximité. Il ne pouvait que très peu se mouvoir sans être sûr d’avoir une crise ou s’effondrer par terre. Cependant, la nuit, il parvenait à faire une autre activité que de rester sur son lit.

Le soleil se couchait gentiment derrière les arbres quand il se décida à se lever. Vêtu de sa chemise blanche et de son pantalon noir habituel, il s’observa un instant dans un miroir. Ça devrait aller mise à part qu’il avait un regard de zombi… Il soupira. Bien sûr, il avait des cours, mais la plupart d’entre eux étaient supprimées, enfin non, c’est lui qui les ratait. La plupart de ses professeurs avaient abandonné de lui faire rattraper ses cours et ils laissaient passer. Mais, il y en avait UN que ne lâchait jamais l’affaire : Nikola T. Magnus. Il lui obligeait de venir rattraper ses cours de langue. Au bien sûr, il se doutait bien que ce n’était pas une partie de plaisir pour les deux côtés… Mais il n’y pouvait rien. Il préférait ne pas vomir en classe ou de se tordre de douleur devant les autres. Il préférait garder sa notoriété de « méchant » que d’être comparé à un homme faible et détraqué.

Helden jeta un coup d’œil dans le couloir : personne en vue. C’était le moment de sortir. Il préféré ne croiser personne, s’était préférable. Et il détestait le contact humain, alors s’il pouvait se l’éviter cela l’arrangerait. Solitaire, il préféré dire le moins de mots possible dans une phrase pour éviter de perdre du temps.

Helden eut quelques frissons en cours de route ; des effets secondaires de ces derniers jours passés. Il ne dormait quasiment plus, il ne pouvait tout simplement pas. Finalement, il parvenu devant la porte de classe. Il soupira, baissa le regard vers le sol. La main posée sur la poignée, il ne daigna pourtant pas l’ouvrir. Il hésitait, il ne savait pas franchement pourquoi il était là dans un état pareil. Il préférait que personne ne le voit ainsi. Finalement, il laissa glisser sa main le long de son corps, abandonnant l’idée d’ouvrir la porte. Il recula de quelques pas et finalement s’appuya contre le mur, tête en arrière.

Ses propres réactions et incertitude l’insupportaient. Il pourrait repartir, les mains toutes aussi vide qu’actuellement, et retourner dans sa chambre. Son professeur n’en sera rien. Tout ce qu’il fera s’est le sermonner et le convoquer à encore plus d’heures de rattrapage. Mais au fond qu’est-ce que cela allait changer ? Rien. Tout serait comme actuellement. Tout se passerait comme d’habitude, rein ne changerait. Chaque journée et là même à quelque chose prêt et rien ne vient la rythmer. Au final, il n’y avait plus rien dans sa vie.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Dim 25 Juin 2017 - 20:11

Peut-on être plus heureux de vivre dans un ancien monastère que lorsque le soleil nous affuble d’une écrasante chaleur ? L’avantage des vieilles pierres est de garder la fraîcheur dans les plus forts moments de l’été. Et actuellement, il y en a bien besoin.

Malgré cela, la chaleur s’incruste tout de même par toutes les fenêtres et portes ouvertes, instaurant une atmosphère étouffante dans les couloirs, si bien que j’éprouve peu l’envie de sortir de ma chambre, me sentant irrémédiablement mal dès que la chaleur m’assaille.

Cependant, ceci ne m’empêche pas de donner mes cours, même si je me permets d’éliminer le plus possible de lumière dans ma salle de classe pour éviter trop de chaleur. Alors, si je donne des cours, j’attends de mes élèves qu’ils y assistent !

Instaurant la crainte de représailles, aussi bien au niveau des notes, du temps que physique, je suis parvenu à obtenir de tous mes élèves qu’ils viennent suivre mes cours. L’attention n’y est pas toujours mais au moins, j’ai la présence. Tous ? Non ! Un irréductible résiste encore et toujours aux menaces : Helden Feadras, l’insupportable phénix.

Alors à force de menacer, j’ai fini par passer aux actes. Hop ! Des heures de colle ! Non que ça me plaise de faire rattraper les cours aux élèves absentéistes. Je dois avouer que je préféreras passer ma soirée avec un autre élève, dans ma chambre. Ou avec mon kitsune favori. Mais non ! Au lieu de ça je me retrouve avec ce phénix !

En avance, je prépare la salle de classe pour mon élève unique. Les rideaux sont tirés, évitant ainsi le soleil couchant qui dardait encore ses rayons à travers les fenêtres et ainsi de chauffer l’air. Sur mon bureau, quelques cahiers, des cours qu’il faut faire rattraper à l’élève absentéiste, mais également une cruche et deux verres, pour de l’eau pas très fraîche, malheureusement.

Mais voilà. L’élève n’arrive pas. Non mais de qui se fiche-t-il ?! Je vais aller le chercher dans sa chambre et l’emmener à son rattrapage par la peau du cou ! Fulminant, je sors de la salle de classe, ouvrant la porte avec une certaine violence.

Un pas dehors. Je m’arrête. Mais dit donc ? Il est donc venu, le Helden ? Je le vois contre le mur, juste à côté de la porte. Il n’a pas l’air bien et je ne peux que le comprendre, compte tenu de cette chaleur.

« Monsieur Feadras, vous voici. Venez, entrez, il fait bien meilleur dans la salle de classe. »

Peut-être je suis un peu sec quand je lui parle. Cependant, n’est-ce pas normal ? Après tout, ça fait des jours et des jours que je ne l’ai pas vu.

J’entre à nouveau dans ma classe, laissant la porte ouverte pour inviter mon élève. Je prend l’un des verre que j’avais préparé et y verse un peu d’eau puis le pose sur la table juste devant mon bureau, où j’espère que le phénix s’installe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 8 Juil 2017 - 15:24

Le couloir est silencieux. La pierre un peu plus fraîche lui permet de se revitaliser un peu. Il ferme les yeux, il fulmine. Il joue le rôle du méchant et ce n’est pas plus mal. Au moins personne n’est proche de lui pour le connaître réellement.

Personne ne connaît son passé et c’est pour le mieux. Les seules personnes qui le connaissaient un peu plus n’étaient autres que ceux qui l’avaient accueilli. Et encore… Ils ne connaissaient que très peu de chose. Quand il était arrivé ici, il n’était qu’un gamin, trempé jusqu’aux os et en sang, avec un katana dix fois trop grand pour lui. Pendants ses premières semaines, il n’avait dit aucun mot, restant cloitré derrière un mur de silence. Puis, il s’était mis à parler ; oh que le minimum vital bien sûr. En règle générale, sa langue principale restait le chinois, mais de temps en temps, il lâchait des mots ou des courtes phrases dans d’autre langue. Les mêmes personnes qui l’avaient accueilli savaient aussi que son statut de phénix le privait d’une vie tranquille ; sans aucune raison, il pouvait avoir des crises. Parfois, lorsqu’il s’énervait, sa toison dorée devenait charbon. Peu à peu, des nouveaux arrivants rentrèrent dans l’Academy. Helden refusait de les côtoyer. Avec le temps, il se referma de plus en plus sur lui-même, probablement pour se protéger des autres, pour qu’ils ne découvrent pas ses faiblesses et la vérité sur son histoire.

Soudainement, la porte s’ouvrit ; Helden sursauta légèrement en sortant de ses rêveries. Cette voix sèche est déterminée… Il n’y avait bien qu’une personne ici qui possédait un caractère comme celui-ci. Il y avait un côté énervé dans cette voie, mais aussi un côté quelque peu « soulagé ». Contenu des circonstances, il avait peut-être bien fait de venir à ce rattrapage. Son professeur pénétra dans la salle de classe.

Helden ne bougea pas pendant un instant puis, il apparut à l’encadrement de la porte. Il portait à la main son katana rangé dans son fourreau. Il ne pouvait se déplacer sans. C’était comme une partie de son âme et il ne pouvait s’en séparer. Lentement, il s’avança lorsqu’il vit monsieur Magnus déposer un verre sur une table. La salle était obscure, mais étrangement, elle était loin d’être lugubre. Il y avait quelque chose de légèrement chaleureux derrière. Helden arriva à la hauteur de son professeur. Il observa lentement la salle. Il n’y avait personne mis à part le vampire. Au moins, c’était déjà ça. Il ressentait une certaine quiétude à ce moment-là, restant planté debout à détailler chaque endroit de la pièce.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Mar 18 Juil 2017 - 21:27

Je m’énerve en ne voyant pas mon élève venir à ses heures de colles. Il n’a pas idée de me faire attendre ainsi ! Je ne connais pas son son passé et ça m’est égal. Nous qui sommes à l’académie Saint-Verius, nous avons quasiment tous eux des problèmes plus ou moins grave dans notre passé. Certains paient encore le prix de ces problèmes quand tous avons des soucis quant à nos capacités, à ce que nous sommes.

Du coup, il n’a aucune excuse pour ne pas se présenter à mes cours. Je n’en accepterais absolument aucune ! Et c’est pour ça que je vais le chercher. Mais alors, je le vois devant la salle et le fais entrer, passablement énervé, même si je me tempère.

Mais il ne semble pas vouloir entrer. Dans l’encadrement de la porte, son arme à la main dont je ne me formalise d’habitude pas, je dois avouer que je me sens un peu menacé par sa présence, ainsi.

« Asseyez-vous, monsieur Feadras. »

De la main, je lui indique la table devant mon bureau alors qu’il détaille la pièce. C’est comme s’il n’avait jamais vu ma salle de classe ! C’est peut-être bien le cas, je l’ai vu tellement peu en cours, si ce n’est jamais.

« Nous avons beaucoup à rattraper, monsieur Feadras. Vous devriez vous installer, que nous puissions commencer tôt et ainsi finir vite. »

Depuis mon bureau, je récupère une petite liasse de feuille et la met sur la table de mon élève. Ce ne sont pas des cours, mais des exercices. Ceux qu’il a manqué. Pas question de lui mâcher le travail. Il prendra mes cours comme les autres élèves. Et fera ses exercices sous ma surveillance.

« Peu importe pourquoi vous étiez absent, les cours que je vous dispense sont importants. Mais je suis tout de même curieux, pourquoi ne veniez-vous pas ? Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup d’autres choses à faire ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 22 Juil 2017 - 21:12

Vraisemblablement pressé par le temps, son professeur lui rappela à l’ordre en lui rappelant au combien il n’aurait pas dû rater les cours. Helden comprenait bien que le vampire n’aimait pas sa présence, comme beaucoup d’autre dans cet académie. Pourtant, il était en ce lieu bien avant celui-ci. Le phénix se doutait bien que son professeur souhaitait être ailleurs actuellement. Alors que celui-ci empoigna une pille astronomique de feuille, le blond entrepris de s’assoir sur la chaise qui lui était dédié. Il apposa son arme contre la table et prit de quoi écrire dans une de ses poches. Une fois les feuilles sur son bureau, il entreprit d’en prendre la première, qui trônait sur le haut de la pile.

Alors qu’il passa une mèche de cheveux derrière son oreille, signe du début du travail, son professeur lui adressa une question. Lentement, Helden déposa son stylo délicatement, et releva lentement son regard.

Le jeune homme hésita à répondre. D’un air qu’on pourrait qualifier d’hésitant et de grave, sa bouche s’entre ouvrit avant de reprendre sa position initiale. Il baissa son regard dans un silence presque religieux. Il n’avait jamais avoué ce qu’il se passait, sans aucune raison et à n’importe quel moment, avec lui. Il soupira, chercha un point à fixer qui n’était pas les yeux du vampire, et se mit à répondre, d’un ton bas et comme fautif.

«Je ne l’ai jamais dit à personne… Cette raison. Et je ne sais pas pourquoi je vous le dirais à vous, aujourd’hui. Je ne sais pas pourquoi j’hause vous le dire maintenant, alors que je n’ai jamais pu l’avouer. Je pense…. Je n’ai pas envie que les gens voient ça de moi…»

Sa voie se mua et l’on aurait pu croire qu’il allait lâcher quelques larmes dorées. En revanche, il était simple de voir que sa gorge se nouait dans ses paroles. Plus il parlait, plus s’était difficile de prononcer les mots. Il ne savait s’il devait continuer dans cette lancée. S’était soit tout lui avouer, soit se murer dans le silence et ne sûrement plus jamais rien dire sur ce qu’il se passait. D’un côté, peut-être que d’avouer allait le libérer… Mais il en avait peur. Il ne savait plus quoi faire et dans son regard se lisait cette peur, peur qu’il n’avait plus affichée depuis très longtemps en public.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Aoû 2017 - 15:27

Je ne m’attendais pas que monsieur Feadras m’explique les raisons de ses fréquentes absences. En soit ça ne me regarde pas. Ce n’est pas à moi qu’il doit rendre des comptes sur ces absences, mais à l’administration de l’établissement. Eux seraient bien curieux de savoir ce qu’il se passe, surtout que même s’il ne vient pas en cours, on sait tout de même où il se trouve, puisqu’il n’y a qu’un moyen de quitter l’île. Peut-être un jour je devrais venir le trouver et le tirer par l’oreille jusqu’à ma salle de classe.

Mais voilà, le phénix froid et distant semble se réchauffer. L’entendant à peine, je comprends cependant qu’il est prêt à se confier à moi. Je prend une chaise et la met devant la table à laquelle il est assit, en face de lui. M’y asseyant, je pose mes coudes sur la table et le regarde avec un petit sourire qui se veut compréhensif, encourageant.

« Si vous souhaitez m’en parler, je vous écoute. Je ne dirais rien à personne. L’une de vos caractéristique vous pose problème ? Vous avez peur que l’on voit celle-ci ? Vous savez, nous qui sommes sur cette île sommes tous des êtres spéciaux. Personne ne vous jugera. Personne n’aura peur de vous. Personne ne se moquera de vous parce que vous n’êtes pas « comme les autres ». Nous sommes tous différents et c’est pour cela que nous sommes ici. Et personne d’autre ne peux mieux vous comprendre que les personnes qui se trouvent ici. »

Dans ma voix se mêle empathie et compréhension. Bien sûr que je le comprends, tout le monde a vécu des difficultés dans sa vie, dues à sa différence avec le reste du genre humain. J’en ai eu mon lot. Et en tant que professeur, il est aussi de mon devoir de rassurer mes élèves, parfois plus vieux que moi comme ce cher Helden Feadras. Si je suis là, ce n’est pas que pour enseigner, c’est aussi pour guider mes élèves, comme on l’a fait pour moi autrefois.

« Vous pouvez vous confier à moi. Je ne vous jugerais pas. Je vous aiderais si j’en suis capable. »

D’un geste peut-être instinctif, je lui prends la main. La sienne est chaude et je me rends compte à quel point la mienne doit être froide en comparaison. Mon but est de le réconforter, de l’aider, alors que je le vois craintif. Mais je dois avouer que ce n’est pas quelque chose que je sais faire. D’habitude, c’est moi qui exprime mes craintes, me faisant réconforter par un certain renard. Peut-être serait-il temps de rendre la pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Aoû 2017 - 17:11

Ils sont désormais face à face. Un face-à-face, d’une étrange chaleur, d’une sensation presque indescriptible. Pourquoi en un instant Helden à l’impression d’être face à un vieil ami auquel il pourrait tout dire ? Tout lui semble familier ici. Le blond songea un instant que cet endroit aurait été parfait pour mourir dans son nid, ça aurait été vraiment un lieu pour mourir en toute sérénité. Helden expira un coup, puis bloqua sa respiration un instant. La chaleur de la pièce et les rideaux tirés rendaient le lieu fermé, à l’écart de tout. Il se sentait complétement nu face au professeur, comme si son cœur pouvait être lu comme un livre ouvert.

Par où commencer ? Comment le lui raconter ? Comment… Sa main froide le troubla. Cette main venue le toucher en lui, au plus profond de son être. Il aurait voulu la serrer encore plus dans la sienne, comme pour apaiser toutes ses années, au final solitaire. Cette main froide lui donna le courage de faire le premier pas.

« … C’est comme si je mourais pendant un instant. » Dans un souffle, il avait prononcé ces mots sans vraiment un véritable sens. « … Et que l’instant d’après je revenais du monde des morts. »

Ses yeux bleus, troublants, se redressèrent, et s’affirmèrent en fixant inlassablement ceux de son professeur. Ce qui était probablement le plus intrigant, ou plutôt attirant chez lui était ses yeux bleus. Ils happaient tous ceux qu’ils croisaient. Aillant conscience que ses mots seraient trouble aux oreilles du vampire, il se précisa après un long moment de silence, comme pour reprendre son souffle.

« Je suis un phénix comme vous le savez… Et… je ne le serais comment l’expliquer. Je ne peux pas prévoir quand ça arrivera et quelle intensité. Il m’arrive d’avoir des crises de douleurs soudaines. Je ne pourrais la décrire… Cela s’en prend à tout mon corps, me consume, me brûle. Je me mure dans un silence de douleur… Il m’arrive parfois de devoir y résister pendant une journée entière. »

Un silence encore. Helden crispe son visage. Il se sent si inférieur, si fragile alors qu’il aimerait être le contraire. L’homme, originaire de Chine, décide soudainement de prendre cette main froide, plus dans la sienne, pour être plus lié à lui, moins seule.

« Vous connaissez sûrement ma réputation ici… Je ne veux pas leur montrer ce qu’il m’arrive, leur montrer qu’au final, ma façade n’est rien… Je ne voulais pas ressouder des liens avec des gens. Je n’ai que trop souffert en faisant confiance aux autres. J’ai changé, je ne voulais plus que des personnes chères à mes yeux disparaissent encore à cause de moi. Et cet endroit… Saint-Verius est devenu un lieu important pour moi… C’est devenu ce qu’on pourrait appeler un chez-soi. Je suis cruel ou froid avec les autres uniquement pour les maintenir éloigner de moi, car je n’apporte que désolation. Et pourtant, je commence à connaître beaucoup de monde ici. Je les observe et j’apprends petit à petit de chacun… Ce sont comme mes frères… J’ai compris, que même si je tentais de m’éloigner d’eux, moi, je me rapprochais d’une manière ou d’une autre. Au final… Vous êtes tous si chère à mes yeux. »

Ses doigts se lient fortement à cette main vampirique. Si proche… Jamais il ne l’avait était autant. Ses yeux bleus se ferment légèrement. Au coin de ses yeux de glace, se forme des goutte dorées, semblable à un nectar divin. Puis, ces larmes dégringolent le long de ses joues et finissent leur chemin sur la feuille d’exercice, formant une flaque d’un doré pailleté semblable à un soleil.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Dim 13 Aoû 2017 - 21:03

Je ne sais pas si monsieur Feadras osera me parler de ce qui le tracasse. J’espère bien que oui, car je sais qu’il est toujours bon de pouvoir en parler à coeur ouvert, surtout à une oreille qui est prête à l’écouter. Je ne sais pas si je saurais le comprendre totalement, mais je sais assez de choses pour pouvoir espérer le comprendre.

Puis je l’entends me parler. Toute mon attention se tourne vers lui, encore plus qu’avant. Ce que je l’entends dire, je crois le comprendre. Je ne pouvais pas manquer de penser à Caliban avec les quelques mots qu’il me dit.

Je le fixe, je fixe ses beaux yeux bleus, l’encourageant à m’en dire plus, à me parler. Et il continue, m’expliquant que puisqu’il est un phénix, il lui arrive d’avoir des crises soudaines de douleur. Puis il prend de nouveau le silence. Je serre sa main dans la sienne, cherchant à le réconforter, en quelque sorte, puisqu’il me prend la mienne.

A présent, je comprends sa réputation. Et je comprends aussi pourquoi il fait ça. Une larme coule le long de sa joue, et de la main que je ne tiens pas, je la recueille sur mon doigt, lui caressant la joue au passage. Je lui souris.

« Vous n’êtes pas le premier à faire ça. Beaucoup d’entre nous refusons de montrer nos faiblesses aux autres, finissant par nous montrer froids et distants. Mais vous savez, nous sommes tous logés à la même enseigne ici. Vous devriez vous laisser aller, laisser les autres voir votre beauté. Il n’y a pas à avoir honte de vous, de vos faiblesses. Car après tout, nous sommes tous pareils. »

Parce que oui, je connais bien sa réputation. Mais elle n’a pas lieu d’être. Il n’a aucune raison de se faire cette façade. Surtout que, de ce que je peux voir, c’est un être formidable, aimant, attentionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Lun 14 Aoû 2017 - 19:15

Helden baisse les yeux, les ferme, respire. Il sent sa main froide se poser sur sa joue. Cela lui prodigue un frisson, probablement de ce que l’on pourrait qualifier de bonheur. Il sent en lui son cœur rebattre un instant, se réchauffer un instant, enfin rechanter pour un moment. Il sait, lui aussi, que son professeur n’a pas la vie facile aussi. Des êtres surnaturels sont plus ou moins encombrés par leur statut. Certains n’ont pas beaucoup de contrainte, tandis que d’autre soufre atrocement de ce qu’ils sont. Une fois que ses larmes part, il a du mal à s’arrêter. Il sait que lorsqu’il pleure ses larmes miraculeuses, il s’épuise, mais s’arrête devient trop dure. Helden ne souhaite pas montrer au professeur Magnus ses larmes ; il ne les montre jamais à personne. Personne ne les avait vues jusqu’à présent… Mise à part ce vampire. Il était le premier ici à les voir.

Finalement, de son autre main, il cache des yeux, se recroqueville sur lui-même, laisse échapper ce qui devait être un sanglot. C’est si difficile, mais cela fait temps de bien de partager au moins à une personne ses secrets les plus profonds. Il se sent libéré et à la fois emprisonné. Finalement, il relève ses yeux, étincelant d’une lueur pareille à soleil. Sa voix tremble, mais elle est précise.

-Avez-vous un flacon… ? Au moins pour récupérer mes larmes… Pour qu’elles servent au moins une fois à quelqu’un dans le besoin.

Il inspire un coup, ses larmes repartant de plus belle, mais il ne laisse sa voix emplir la salle, il reste presque muet à sa douleur. Autant d’années à garder ça pour lui, tout basculait d’un seul coup, grâce à ce professeur.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Jeu 17 Aoû 2017 - 19:24

Je ne pensais pas un jour voir ce phénix aussi vulnérable. Il y a un certain honneur à recevoir ces confidences, à pouvoir voir ces larmes dont les légendes chantent les vertus. Mais qu’importe ces larmes miraculeuses et leurs vertus. Ce qui importe, c’est que mon élève souffre. Et en moi monte une envie, celle de l’aider, de le protéger, de le réconforter, de faire en sorte qu’il arrête de pleurer.


Entre ses larmes, il me demande si j’ai un flacon. Plus altruiste que ce qu’on pouvait croire, il pense aux autres, au bien que son malheur peut faire aux autres. Mais je secoue la tête. Je n’ai rien qui puisse recueillir ses larmes. Et quand bien même, je ne pourrait me résoudre à profiter de son malheur, même si une partie de moi aimerait faire honneur à son altruisme.

Doucement, je pose mes deux mains sur ses joues et, par-dessus la table qui nous sépare, j’approche instinctivement mon visage du sien et mes lèvres des siennes, jusqu’à les joindre. Je l’embrasse, avec douceur. Le cours est terminé. Il y reviendra mais pas tout de suite, pas aujourd’hui. Je ne connais qu’une faon de réconforter les gens, de les faire arrêter de pleurer. Mais si j’agis si instinctivement, n’est-ce pas plutôt pour moi que je fais ça ?

Nos lèves se détachent et je le regarde. Je suis inquiet. Non pas de sa réaction face à ce baiser surprise, mais pour ses larmes dont le flot a provoqué chez moi cet élan.

« Allons, calmez-vous, Helden. »

Mon n’est plus celui d’un professeur Bas, confidentiel, ma voix me semble inquiète, proposant un apaisement, un réconfort. Mais c’est mon coeur qui s’emballe. Ce baiser m’a ouvert à des envies qui n’ont pas la place ici, pas dans cette situation. Même si avec d’autres, l’assouvissement de ces envies a réussit à les calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Jeu 17 Aoû 2017 - 22:06

Son professeur ne possède aucun flacon, rien… Helden sent des frissons le parcourir. Il sent déjà les effets négatifs arrivé, à petit pas. Il sert ses dents entre elles, comme pour se dire que sa douleur partira. Mais rien ne change, tout reste perpétuellement, chaque jour se ressembles, chaque jour est interminable. Sa main tremble dans celle de son professeur. La douleur est moins prenante qu’habituellement. Peut-être par ce qu’il sait qu’il n’est pas seul, que son professeur est là pour apaiser ses maux, qu’il peut partager ses souffrances enfin avec quelqu’un. Il essaie de pleurer dans le silence, mais c’est trop compliqué, surtout quand il sait qu’enfin, il peut se libérer. Pourtant, il sait si bien garder le silence en temps habituel. Ses émotions se mélangent en lui, se percutent.

Une crampe se créer dans son épaule gauche. Il sait que s’il contenu dans cette lancée, il pourrait presque s’en évanouir. Il sent que sa respiration se bloque, de plus en plus. Ça ne monte pas plus haut que la gorge, ça fait mal, il en pleur de douleur.

Les deux mains froides, sur ses joues le réanime quelque peu, le fait sortir de son début de torpeur. La douleur lui prend la tête et il met quelques instants à réaliser ce qu’il se produit. Son professeur vient… Il s’étonna d’écarquiller les yeux. Un simple baiser. Et pourtant, cela lui prodigue un bon dans son cœur. Pendant un instant, il croit retrouver le bonheur de son enfance, de l’importance aux yeux des autres, l'impression d’exister pour les autres. Ses larmes s’arrêtent pendant un court instant, puis, s’en doute lier à l’émotion, coule une nouvelle fois, mais plus délicat, plus d’une douce émotion. Un filet dore perpétuel sur ses joues, mais silencieux. Il n’a plut à faire au professeur Magnus, mais à monsieur Nikola Magnus. Il ne sait pas comment s’exprimer, il a perdu le sens de ses mots. Le phénix a l’impression de retomber vers son enfance insouciante. Ainsi, le seul mot qu’il arriva à prononcer sorti de sa bouche, clair, mais enroué, mélodieuse mais triste.

-Merci.

Un doux sourire s’arque sur ses lèvres alors que ses filaments dorés subsistent encore et toujours. Ce sourire, on avait l’impression qu’il appartient à celui qui était mort depuis longtemps, à celui de cet enfant né entre l’union d’une mère phénix et de son père un démon-mineur.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Ven 29 Sep 2017 - 19:04

En cet instant, je ne peux plus considérer le phénix comme mon élève. Maintenant, il est, je ne sais pas si je peux vraiment le considérer comme tel, mais un ami peut-être ? En tout cas, notre relation a dépassée le stade professeur-élève. Très certainement elle reprendra ce chemin lorsque ce sera nécessaire, mais seulement pendant les cours et autres fois où je devrais jouer le professeur avec lui.

Après mon baiser, je vois ses larmes s’arrêter de couler un instant puis reprendre. Cependant elles me semblent différentes, comme si quelque chose avait changé en lui avec ce baiser. Puis je l’entends me remercier. Pourquoi cela ? Je ne peux que supposer que ma présence, mes mots, ce baiser, l’a réconforté d’une certaine manière. Je lui souris, cachant le malaise que me provoque mes envies inavouables et indécentes, surtout en cette situation.

« Monsieur Helden, peut-être devriez-vous retourner vos reposer dans vos quartiers. Nous continuerons nos affaires une autre fois. »

C’est peut-être abrupt, mais cette proposition est faite dans son intérêt. Cette salle de classe n’est pas réconfortante ni chaleureuse. Il ferait mieux de retourner dans sa chambre, se reposer, se calmer. Il y parviendra certainement mieux.

Mais aussi c’est une façon de le protéger. De le protéger de moi, de mes envies de sang et de sexe. Bien sûr je sais m’arrêter à un refus s’il y a, mais je le sens peut-être trop faible émotionnellement pour pouvoir me refuser son corps quand bien même il le voudrait. Je suis peut-être un monstre à mi-chemin entre l’incube et le vampire, mais j’ai quand même une conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Dim 8 Oct 2017 - 15:47

Aller se reposer, retourner dans sa chambre, retourné à cette vie infecte seul dans sa chambre, seul dans sa souffrance, seul dans sa chambre vite. Il inspira, son souffle saccadé. Il lâcha finalement la main de son professeur et posa ses mains sur ses yeux, comme pour prendre un peu de contenance, rester digne de sa situation. Il savait que d’autre personne pouvait souffrir autant que lui, mais il n’arrivait pas à s’en sortir. La peur d’être seul face à sa douleur, comme il l’a toujours été, lui broyait le cœur.

Et puis il se redressa légèrement, glissa ses mains sur son visage jusqu’à la racine de ses cheveux blond. Il passa ses doigts entre ses mèches, parvenu à arrêter ses larmes. Ses yeux bleu, demeurant malgré tout humide. Helden daigna adresser un léger sourire au vampire. Il lui était difficile de l’exécuter au risque de pleuré une nouvelle fois derrière cet acte.

-Retourner là-bas… c’est retourné à mon quotidien remplit de douleur et de solitude…

Helden baissa le regard, il lui était difficile d’accepter et de parler de cette réalité qui l’entourait.

-Alors… Pourriez-vous au moins me raccompagner… ?

Il inspira, et releva son regard vers son professeur d’anglais, un peu plus déterminé que lors de ces dernières minutes.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Mar 7 Nov 2017 - 20:56

Je voulais être bon et gentil envers Helden, je ne voulais pas laisser place à ma nymphomanie alors qu’il est dans un tel état de souffrance. Le voir ainsi me fait de la peine mais le voir aussi faible me procure aussi des sensations, des envies. Chez certains personnes la faiblesse est beauté et chez lui, certainement, c’est fait pour me plaire.

Si je lui ai proposé de retourner dans sa chambre, c’est pour qu’il puisse s’y reposer, mais aussi pour l’éloigner de mes yeux, l’éloigner de mes envies indignes d’un professeur envers ses élèves. Cependant, à sa réponse, je comprends que ce n’est pas ce qu’il lui faut. Pour son bien être il ferait peut-être mieux de rester un peu plus à mes côtés, histoire de combler sa solitude au moins un moment.

Mais est-ce que je saurais me contrôler ? Je ne veux pas lui faire quelque chose qu’il pourrait accepter dans sa solitude et regretter par la suite. Je suis peut-être nymphomane mais pas un connard non plus. C’est un combat de moi contre mes troubles. Que le plus fort gagne !

« D’accord. Je vous tiendrais compagnie. »

Monsieur Feadras, vous jouez avec le feu, ce qui n’est pas peu dire quand on sait ce qu’il est. Néanmoins, vous risquez de vous brûler à vouloir garder une telle proximité.

Je lui reprend la main et le guide vers la sortie de la salle. Puisque j’ignore où se trouve sa chambre, je le laisse m’y guidé, l’y incitant silencieusement.

Cette main, je n’aurais pas dû la reprendre, mais je ne peux plus la lâcher. Cette chaleur dans ma main m’est un délice et un bonheur sans fin qui me donne faim… Petit à petit, la situation dans laquelle nous sommes s’éloigne dans mon esprit, ne laissant place qu’à une envie insupportable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Mer 8 Nov 2017 - 21:15

Il accepte. Il sera au moins là pendant quelques minutes, quelques minutes pour combler le silence dans son esprit et son cœur. Son professeur, l’entraîne dans sa marche, Helden emporte son arme dans son autre main. Il sent ses poumons se gonfler, comme s’il prenait de l’air pour la première fois. La main de son professeur est froide mais bien consistante. Il existe, il est bien réel, c’est un être doté de parole, d’un cœur et d’un esprit, c’est un être vivant. Son cœur et son esprit sont fébriles à cette idée, ils réagissent soudainement, comme s’il comprenait que le bonheur qu’il attendait était depuis si longtemps entre ces murs. Ce trésor incontestable, ce sont les êtres vivants ici présent, tout autour de lui.

Dans le couloir, c’est le blond qui mène la marche. La transition entre les deux se fait naturellement. Helden est légèrement plus avancé que le monsieur Magnus l’attirant avec une certaine douceur en direction de sa chambre. Son pas est lent, comme s’il ne voulait jamais retrouver sa chambre, ou du moins passer le plus de temps possible avec le vampire. C’est un pas lent mais gracieux, un pas lent mais naturel. Rien est forcé dans sa démarrache, rien n’est forcé dans ses expression et sa gestuel. Tout semble naturel et pur en lui malgré les atrocités qu’il a pu commettre. Le silence règne, des minutes se sont écoulées depuis qu’il avait pénétré dans la salle de cours. À présent, très peu de personne traînaient encore dans les couloirs, à la plus grande satisfaction d’Helden. Sa voie résonne finalement entre les murs de pierres.

-Vous savez… J’ai vu de nombreuses civilisations. Mais elles m’ont toute semblées froides et sans âme. Je n’ai posé que deux fois un œil positif sur l’humain et ce qui l’entourait ; la première, c’était durant les premières années de ma vie et la deuxième… C’est quand j’ai fait trop confiance à un humain. Je ne peux plus les regarder sans un haut-le-cœur, s’en avoir envie d’ôter leur vie. Je ne portais aussi que très peu d’attention pour les autres espèces… Mais être ici… Ça m’a changé d’une certaine manière.

Pendant la fin de sa phrase, il se tourne d’un quart vers son interlocuteur, pausant un regard qui semblait comme remercier cet endroit ainsi que son professeur.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Mer 27 Déc 2017 - 23:54

Je fais sortir mon élève de la salle de classe et ne verrouille pas la salle. Ce n’est pas dans mes habitudes de le faire car j’estime qu’il n’y a rien à craindre sur cette île. Certains professeurs ne sont pas de cet avis mais le règlement professoral n’a aucune indication quant à ce point. Même, le directeur, étant d’accord avec ma vision des choses, indique qu’il s’agit à chaque professeur de faire comme il le souhaite.

Ces pensées me traversèrent l’esprit en m’étonnant, comme quoi, dans des situations difficiles, l’esprit s’embarrasse de n’importe quoi et on se rend compte que ce n’est pas approprié dans la situation présente.

Suivant Helden vers sa chambre, je garde le silence. Je ne sais pas quoi dire et même, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de dire quoi que ce soit dans la situation actuelle. Le phénix ne presse pas le pas, presque naturellement, et ça m’est autant désagréable que normal. J’ai autant envie de passer plus de temps avec lui que je n’en ai pas envie.

Le silence s’installe, seulement brisé par le bruit de nos pas sur la pierre. Ce n’est pas désagréable. Le silence est autant mon allié que l’est le bruit. Autant dire que je m’accommode de toute situation. J’ai appris.

Soudain, une voix résonne contre les murs de ce monastère centenaire, me faisant ouvrir de grands yeux de surprise. Je ne le remarque pas tout de suite mais ça vient de mon élève qui se tourne doucement vers moi. Instinctivement, je m’arrête de marcher, restant sur place à l’écouter.

Il parle de son expérience avec les humains et je ne peux que le comprendre. Étant professeur ici, j’ai été le confident de plusieurs élèves et, en dehors de mes propres expériences, j’ai eu l’occasion d’entendre de nombreuses histoires de ce genre.

Je souris intérieurement mais je sens les coins de ma bouche s’étirer. C’est un sourire bienveillant qui s’affiche sur mes lèvres.

« C’est pour cela que cet établissement est ici. Même si nous sommes entre gens ayant vu, souvent, les mêmes difficultés, nous apprenons tout de même que nous ne sommes pas seuls et à vivre ensemble. Trop souvent, l’isolement est le maux dont nous souffrons tous. Bientôt, vous pourrez certainement vous mêler aux humains si vous le souhaitez. Je suis fier de vous, monsieur Feadras. »

Moi qui ne suit pas capable de sortir d’ici sans éprouver des difficultés, je suis toujours très fier quand un élève s’améliore et s’approche du moment de pouvoir quitter cette île, notre refuge. C’est émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Mai 2018 - 9:03

Les derniers rayons du soleil rougeoyant serpentaient sur le corps de l’homme aux pouvoir de guérison. Son corps semblait comme happer cette lumière, l’absorber pour nourrir ses veines. Pendant même un instant, ses iris semblèrent prendre une lueur de fraîcheur, presque comme si la lumière lui donnait un coup de jeunesse.
Il échangea un léger sourire puis laissa son regard se tourner vers les petites ouvertures laissant la lumière pénétrer les couloirs.  Il s’avança de deux pas, puis posa une main sur la pierre fraîche. Un regard vers l’extérieur, il posa néanmoins une question au professeur. Il hésita cependant sur la formulation à utiliser pour enfin former sa phrase.

-Croyez-vous… Que nous avons vraiment notre place sur ces terres ? L’époque où nous vivions paisiblement semble révolu. Pourquoi serait-ce à nous de nous adapter à la vie des hommes alors que c’est eux qui ont commencé à nous traiter comme d’infâme créature ?

Un oiseau passa dans le ciel crépusculaire. Helden songea un instant, que au moins, eux, créature « normale » n’avaient pas à subir cette nouvelle ère. Dans son esprit embrumé, des images lui revinrent en mémoire. Une douleur lui poignarda la poitrine, et son visage se réduit instinctivement, afficha des traits durs et douloureux.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Mai 2018 - 13:49

Voyant les rayons du soleil crépusculaire sur le visage de mon élève, je ne peux m’empêcher d’y voir comme une œuvre d’art, une association logique entre deux éléments. C’est vrai, il est un phénix, et en tant que il est étroitement lié avec le feu, et par extension, l’astre du feu, le soleil. Il est beau, ainsi.

Mais ses mots donnent une autre profondeur à cette lumière. Ces mots, plusieurs fois j’y ait songé. Plusieurs fois j’y ait réfléchit. J’en ai également discuté avec d’autres personnes et à chaque fois une seule réponse s’est profilée.

« Les humains sont devenus la race dominante sur cette terre. Ils sont nombreux, plus ou moins intelligents, et malheureusement bien équipés. Si nous refusons de nous adapter, si nous voulons tailler autrement notre place dans ce monde, nous devrons les affronter. Malgré toute nos capacités, je doute que nous puissions nous en sortir. Nous devons nous adapter ou mourir. »

C’est probablement triste comme réponse. Probablement, ailleurs, des gens comme nous se réunissent pour se révolter contre les humains. Mais ce n’est pas le but de notre académie.

« Sinon, nous avons une autre possibilité : nous isoler du monde. Ce n’est pas très enviable non plus. Ici au moins nous ne sommes pas seuls. »

Jamais je ne parler à mes élèves de se rebeller contre les humains. Autant ça pourrait fonctionner que ça pourrait échouer, avec une probabilité pour le second.

« Nous avons notre place, nous devons juste faire ce qu’il faut pour nous y conformer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Mai 2018 - 18:22

Sa main raclât la pierre, glissant jusqu’à rejoindre le long de son corps. Son torse se bomba jusqu’à relâcher l’air contenu dans ses poumons. Se révolter ou se taire, se taire jusqu’à en oublier sa véritable nature ? Comment bien se sentir dans cette société ?

-La question est donc « Quel camps choisir » ? Comment voulons-nous agir ici-bas…

Helden quitta la lumière, retournant dans l’ombre au près du professeur Magnus. Un léger silence s’installa, comme celui avant une guerre. Le phénix glissa sa main sur son bras gauche et planta son regard translucide droit sur le vampire.

-Et vous ? Que répondez-vous à cette question ? En se qui me concerne, mon avis balance entre les deux camps.

Finalement, il relâcha la pression, laissa glisser sa main qui revenue le long de son corps. Il y a un moment où le prof et l’élève quittent leur fonction. La relation est toute autre, plus intimes, tout simplement différentes. L’échange de relation se fait facilement entre eux. Peut-être était-ce le fait que leur grand âge les mettait d’égale à égale. Helden n’hésitait pas quand il s’agissait de monsieur Magnus. La barrière physiologique de l’étude s’effondrait.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Mai 2018 - 19:45

Bien entendu ma réponse n’était pas pour satisfaire Helden. Ce n’est pas mon but, de satisfaire les gens. Seulement de leur faire comprendre ce qu’il faut pour qu’ils fassent les bons choix. De préférence, des choix qui n’impliquent pas la ruine et la destruction puisque certains de mes élèves en sont capables.

Quel camp choisir, me demande-t-il. C’est une question difficile mais j’ai choisi le mien depuis longtemps. Enfin, l’ais-je vraiment choisi ou est-ce juste une conséquence de mon état ? Je le regarde revenir vers moi, lui rendant son regard. Je souris, un peu tristement. Ce genre de réflexion fini forcément par faire surface chez les nôtres, surtout lorsque de grands pouvoirs sont en jeu. Il suffit juste par la suite de trouver le bon guide.

« Il est normal que vous hésitiez. J’ai longtemps hésité. Devais-je agir pour la survie des humains ou pour ma propre survie ? Devais-je assouvir ma soif de sang ou la refréner au maximum ? »

Je m’adosse à la pierre, regardant l’extérieur encore baigné de lumière. Cette discussion ramène de vieux souvenirs, des choses dont je n’ai pas l’habitude de parler avec qui que ce soit, même avec Caliban. Serait-il pertinent que j’en parle à mon élève ?

« Le fait que je me trouve ici, à discuter avec vous est la réponse à votre question. En aidant mes élèves, j’aide les humains. En les laissant livrer à eux même, j’abandonne aussi l’humanité. C’est ainsi que je vois les choses. »

C’est un raccourci rapide, mais le résumé de la réflexion est là. Après des années, j’ai eu le temps d’affûter mes réflexions et j’en suis arrivé à cette conclusion. Mais elle est mienne seule. Il n’est pas question de l’imposer à mes élèves.

« Cependant, monsieur Feadras, ce n’est là que mon opinion. Vous devez vous forger votre propre opinion, trouver votre camp, trouver votre place. C’est ce pourquoi vous êtes ici et c’est pour vous aider que je suis également ici. Je ne suis qu’un professeur de langues, mais je ferais de mon mieux pour vous aider. »

Oui, c’est bien pour ça que je suis là. S’il doit choisir le camp qui m’est opposé, hé bien soit. Mais au moins je ferais en sorte qu’il le choisisse en pleine conscience des tenants et des aboutissants. Je suis professeur de langue mais je possède une expérience de la vie que je peux transmettre. S’il le demande, je lui apprendrais tout ce que je sais et c'est ce que j'essaie de lui faire comprendre par mon regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 12 Mai 2018 - 21:26

Le professeur de langue s’adossa au mur, adoptant une position adaptée à la discussion. Helden songea un instant qu’il n’aurait jamais pu être un professeur ici. Il n’aurait jamais eu la trempe d’un bon professeur, tel que monsieur Magnus. Malgré son plus grand âge, Magnus le surpassait dans ce domaine. Après tout, chacun ses spécialités.

Le blond put ainsi découvrir un peu plus l’autre homme. Il le rejoignit, collant à son tour son dos contre le mur, frôlant l’épaule du vampire. Les dernier rayons du soleil se déposèrent sur son corps, faisant apparaître les courbes de son buste à travers sa chemise blanche. Il commença par lui avouer ses sentiments, le regard devant lui, puis tourna son visage vers le buveur de sang.

-Vous savez, je crois que se qui me manque le plus, pour ne serait-ce qu’être un minimum heureux, c’est d’avoir une personne à qui me raccrocher. Quelque chose qui me fait retrouver le goût à se qui m’entoure. Depuis…. Depuis longtemps je vois la vie en gris, fade, sans couleur… Et cela dur, malgré ces nombreuses années passé ici. Je me demande même si un jour… je trouverais se que je cherche depuis toujours. Je ne sais même pas se que cette chose est. Je cherche quelque chose d’invisible et…

La finesse de son visage se contracta et ses sourcils froncés créa quelques plis sur l’arrête de son nez. Il porta une main à la tempe, se massa lentement. Forte heureusement, se n’était qu’une douleur bénigne, rien de grave. Juste cette douleur qui revenait encore et encore chaque jour. Il n’y avait que cette douleur en lui, rien d’autre, une coquille vide qui cherchait désespérément à se remplir et enlever cette douleur dû à sa nature divine.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Dim 13 Mai 2018 - 18:47

M’imitant, mon élève s’adosse lui aussi au mur. Je me demande au fond de moi ce que ça peut faire, à un créature de feu, de sentir la pierre froide dans son dos. Mais en me posant cette question, je sais déjà qu’elle est stupide. Si ça lui faisait quelque chose de particulier, de plus que ça le fait au commun des mortels, il y a fort à parier qu’il ne le ferait pas.

Helden me confie ses sentiments, à quel point il, d’une certaine façon, se sens seul et cherche quelqu’un. Je ne peux m’empêcher de songer que nous sommes tous à ce point. C’est le propre de, probablement, tous les êtres vivants. Rares sont ceux qui ne cherchent pas un compagnon. Les raisons sont souvent différentes, mais cela ne change pas les faits.

« Je comprends ce que vous dites. Ici, beaucoup sont comme vous. Beaucoup cherchent des personnes qui peuvent les comprendre, les soutenir. Certains cherchent juste des amis, d’autres cherchent une personne qui sera toute leur vie. Ce que je peux vous dire pour certain, c’est que c’est certainement ici que vous avez le plus de chance de trouver cela. »

Ce ne sont pas des mots en l’air. Ici, beaucoup de personnes ont trouvé les liens sociaux qu’ils recherchaient. Il suffit de regarder les jardins pour voir par-ci des groupes d’amis, par-là des couples. Tous sont heureux. Il y a ici de quoi être heureux pour peu qu’on se le permettre.

« Peut-être devriez-vous juste vous ouvrir un peu plus au autres. Mais je suis certain que vous trouverez ce que vous cherchez. »

Tournant la tête vers mon élève, je le vois se masser la tempe, comme s’il avait mal. Je m’inquiète et m’éloigne un peu du mur pour m’approcher de lui.

« Vous vous sentez bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Dim 13 Mai 2018 - 22:18

Un point de douleur annonçant probablement le début d’une crise. Parfois s’était juste une petite douleur, s’envolant bien rapidement, parfois, se n’était que les prémisses de sa torture. Les yeux tremblant, hésitant, il s’appuya machinalement un peu plus à la pierre.

-Ça… ça va aller, ce n’est rien. Je suis uniquement fatigué.


Il se poussa du mur avec l’aide d’une main, et se continua lentement la route qu’ils avaient commencer à prendre. Dans un simple mouvement de marche, ses cheveux blonds suivaient avec légèreté le mouvement, comme empli d’une certaine magie. Il semblait que ses attributs de phénix allaient jusque à la pointe de ses cheveux. L’élève jeta un regard en arrière, veillant à se que le vampire ai repris la marche lui aussi. Il songea quelques instants aux propos du professeur de langue. Quelqu’un à qui ont peu tout confier… S’enfermer un peu moins… Lui qui avait du sang sur les mains, pouvait-il reprendre une vie simple et saine ? Probablement beaucoup de personne ici avait eux aussi commis l’irréparable. Sentir la chair se décomposé dans la lame, sentir cette puissance… Il était simple de tuer, et à vivre seule, pendant plusieurs années en tuant les être vivants sur son passage, laissait des séquelles. Un jour, peut-être que cette envie de meurtre se réveillera à nouveau. Un tueur reste un tueur, toujours. C’est comme marqué dans l’ADN, comme un tatouage.

-Vous avez raison… Je devrais peut-être m’ouvrir un peu plus aux autres. Me libérer de mes douleurs passées, d’essayer d’aller vers quelqu’un qui sera combler se qui manque en moi… J’ai était top longtemps enchaîné…. À…. À…


Un vertige le prit. Sa vision disparue d’un seul coup, le noir total, le son disparaît pendant un instant avant de revenir. Se n’était pas une douleur bénigne. Maintenant, c’était au tour des vertiges et de l’évanouissement. Il reprit à moitié conscient. Il avait de la peine à distinguer son environnement, les sons et ses sensations. La seuls qu’il sentait, c’était son cœur, comme serré entre deux étaux, comme si une énorme masse lui était tombé sur sa poitrine. Quelque picotement, puis une vive contraction. Il arrêta de respirer un instant, haletant. Il ne savait même pas s’il s’était écroulé sur le sol ou bien s’il s’était rattrapé à quelque chose. Dans son moment-là, il lui était difficile de se concentrer sur quelque chose ou de réfléchir logiquement pour apaiser sa douleur. Les muscles de ses doigts tressautèrent, un hoquètement de douleur, un cri, un cri qui pour lui, semblait être un murmure à ses oreilles. Il ne s’entendait même pas, il ne savait même pas se qu’il arrivait.

C’était une crise puissante. Il n’en avait que très rarement. S’il avait de la chance, peut-être qu’une fois tous les trois ans. Mais ça ne pouvait pas se calculer. Il pouvait très bien en avoir trois fois de suite dans la même semaine et ne plus en avoir pendant cinq ans. Et lorsque la douleur était puissante comme ce soir-là, le tatouage logé dans le bas de sa nuque se manifestait. De longue rayures se développait sur le corps de sa victime, enroulant ses bras, son buste, ses jambes et ainsi que son visage. La chaleur contenue dans son corps semblait comme refaire surface, zébrant son corps de rouge, légèrement lumineux, et semblait comme le brûler. Enfin, cela n’était qu’une impression.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur de Langues

Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 264


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Sam 30 Juin 2018 - 16:03

L’élève m’indique être seulement fatigué mais je ne peux pas manquer de m’inquiéter. Par ici les maux peuvent être parfois plus dangereux que ceux des humains. Mais aussi, très souvent, ce sont ceux qui le ressentent qui savent exactement ce qu’il en est. Est-ce inquiétant ou non ? Seul Helden peut le dire mais je suis quand même inquiet et ça se voit dans mon regard.

Finalement, nous reprenons la marche. Ou plutôt, le phénix la reprend et je le suis, quelques pas derrière lui, le regard fixé sur son dos. Je me demande ce qu’a été sa vie. Je sais être âgé mais je sais qu’il l’est plus que moi. Sachant ma vie longue, remplie et pas forcément joyeuse, je ne peux que m’interroger sur la sienne.

Les plus jeunes d’entre nous peuvent parfois profiter d’un climat plus avenant pour leur épanouissement parmi les humains mais lui et moi n’avons pas grandit dans les meilleures périodes. Si j’ai bien des choses à me reprocher, je ne peux qu’imaginer ce qu’il doit avoir fait pour survivre. Mais est-ce que l’une des personnes ici présente ira un jour le réprimander par ici ? J’ai de gros doutes sur cela. Même la mort est ici pardonnée.

Il commence à me parler, reconnaissant le bien fondé de mes paroles. Si au moins ça a pu l’atteindre, je ne peux qu’en être heureux. C’est un pas qui est parfois difficile de faire mais lorsqu’on le fait, tout le reste ne fait que s’améliorer.

Du moins c’est censé. Je le vois tomber, s’écrouler, et mon corps se précipite de lui-même pour l’aider, le soutenir avant qu’il ne heurte le sol dur et froid, criant instinctivement son nom alors que j’enjambe les quelques pas qui me séparent de lui.

Un phénomène qui m’est inconnu semble se manifester sur son corps, délivrant une légère lumière rouge. Peu importe, il ne peut pas rester ici. Difficilement, je le prend sur mon dos, direction l’infirmerie. Là-bas, on saura certainement s’occuper de lui.

Je marche d’un pas difficile. C’est qu’il pèse son poids le bestiau ! Mais peu importe. Peu importe les réactions de son corps, ses cris, cette chaleur qu’il semble émettre. Il est de mon devoir de faire ce qu’il faut pour l’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otomemonogatari.wordpress.com
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 220


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   Ven 3 Aoû 2018 - 18:24

Il lui sembla sentir contre son corps une sensation de fraîcheur puis l'étreinte de quelqu'un. Une pensée lointain traversa son esprit, une vision du passé qu'il n'avait plus vu depuis longtemps: le sourire de ça mère. Il se souvenait de son visage, du timbre de ça voix, de la douceur de ses gestes et... et aussi la faiblesse de son corps, le temps rattrapent son être jusqu'à se qu'elle meurt. Helden aurait préféré qu'elle meurt sans douleur mais à la place, se sont les hommes qui la tué et malgré son jeune âge, il se souvenait de bien des choses... jamais il n'avait su se qu'il s'était passé ensuite pour elle mais nul doute qu'elle avait dû souffrir le martyre...

Il put recouvrir un peu d'esprit, suffisamment pour qu'il puisse comprend qu'une nouvelle crise se manifestait en lui et que le professeur Magnus était venu le soutenir. Il sentit décoller du sol mais il n'avait pas la force d'aider en quoi que se soit.

Tel une fièvre conséquente, son corps bouillant suait peut à peut. Parfois, il avait quelque accalmies et parfois son corps se contractait soudainement suivit de cris. Il lui était impossible de contrôler son corps tordu sous la douleur.

Finalement, quand la douleur s'atténua légèrement il parvenu à sortir quelque mots faibles et rauques. Il ne savais même pas où il était à ce moments là.

-Ils...Ils ne pourront rien... pour moi. Ça doit juste... juate passer... e-excusez-moi.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pour oublier le temps qui passe (NIKI)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour oublier le temps qui passe (NIKI)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jouer pour passer le temps [Libre ]
» "Petit" questionnaire pour passer le temps :P
» Quoi de mieux que de boire pour oublier (pv Raphael)
» Mission pour passer le temps
» Une nuit pour oublier l'ennui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Verius Academy :: Saint-Verius Monastery :: Salles de Cours-
Sauter vers: