Saint-Verius Academy
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)

avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 210


MessageSujet: Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)   Lun 19 Sep 2016 - 22:31

On le surnommait « cœur de pierre » ou « la mort » tout simplement. À ce qu’on sache, personne ne l’appréciait, et s’était bien normale après tout. Il vivait ici depuis le début de l’établissement, pourtant, il ne s’était jamais fait une place au sein de celle-ci. Mais étrangement, il n’avait plus quitté l’île malgré son manque d’intégrité. On ne pouvait jamais avoir une conversation seine avec lui. Seul son visage tiraillé par son manque total d’humanité se figeait sur ceux qui osaient lui adresser la parole. Son seul est unique « ami » demeurait une arme tranchante qu’il ne quittait jamais. On le haïssait, il se haïssait lui aussi. Son existence ne rimait plus à rien, mais il était incapable de quitter sa vie pour une seule chose ; le fait que sa mère et son père lui aient donnés leur vie pour lui.

Les nouveaux arrivants, qui tombaient sous sa beauté, se ravisaient bien vite en constatant sa froideur. À chaque fois qu’il ouvrait la bouche, sa voie calme et pourtant glacial fendait l’air. Les prétendants n’ont jamais tenté autre chose après avoir reçu une telle phrase. C’était une simple phrase et pourtant, elle repoussait tous ceux qui l’approchaient.

Lorsqu’il était arrivé dans cette académie, il aurait pu être un employé, pourtant, son choix se porta sur le fait qu’il serait un simple élève. Personne ne souhaite s’approcher de lui dans sa classe et la plupart des professeurs ne se risques pas de lui poser une quelconque question. Tout ce qu’il souhaite est qu’on le laisse tranquille, respirer un peu. Pourtant, il n’a jamais pu vraiment respirer. Tous lui semblent âcre et sans saveur. La seule saveur qu’il ressent encore aujourd’hui, c’est sa propre douleur, intérieure.

Jamais il ne dormait tranquillement, dormant sur une oreille. Ce jour-là aussi, il n’avait pas réussi à se reposer normalement. Il était constamment éveillé par une certaine peur, une peur de se réveiller dans le cauchemar qu’il avait connu dans son passé. Helden assistait à l’un de ses cours. Il était rarement présent, mais aujourd’hui, il s’était présentait. Un test écrit les attendait aujourd’hui. Rapidement, le silence se fit entendre et plus que les crayons sur le papier crissaient. Tout se passait bien, Helden savait ses cours malgré ses absences sauf… Ce jour-là, il eut l’une de ses crises. Il lui prit vers la fin des questions du test. Le blond se retenu, ravala sa douleur et termina en vitesse de remplir la feuille. C’est sans un mot qu’il se leva, serrant les dents et s’éclipsa rapidement. Il passa par des couloirs, se dirigeant vers sa chambre. Cependant, la douleur s’intensifia. Il eut un vertige, une nausée naissante. Il se retrouva par terre, sous l’allée des arches entourant la cour principale. S’écrouler ainsi en dehors de sa chambre ne lui était arrivé que très rarement. Il préféré évité ce genre de situation. Il se retrouvait affalé sur le sol, à se tordre de douleur. Il estompait les cris le plus possible, les stoppant parfois donnant un léger couinement. Haletant irrégulièrement, il espérait que se n’était qu’une petite crise. Cependant, elle était bien plus violente que les précédentes du mois. Puis, soudainement, sa respiration se bloqua, la douleur trop vive poignardant son cœur et son corps. Ses yeux bleus, écarquillés, semblaient presque translucides, et ses doigts tentèrent de saisir quelque chose pour essayer d’estomper la douleur.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Psychologue Scolaire

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 18


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)   Mar 25 Avr 2017 - 21:20

- Oui. Oui, Lory, je comprends bien que tu aies besoin de parler mais-
- S’il-vous-pl- Plaît, monsieur Arz’nick…
- Alors déjà, c’est Oz, réponds-tu en secouant la tête devant la jeune fille en larmes. Ensuite, il faut prendre rendez-v-

La blondinette plante ses grands yeux tristes dans les siens et tu ravales un soupir. Un moment passe où vous vous regardez ainsi puis tu pousses un petit grognement.

- Ok, j’ai compris. Entre, marmonnes-tu en poussant la porte de ton bureau. Allez princesse, raconte-moi ce qui me vaut ces sanglots et ces yeux de cocker battu.

Vous vous installez et ta fin de matinée libre s’envole, ou plutôt est enfouie sous les paroles de l’étudiante. Tant pis, te dis-tu. Au moins, c’est une bonne action de faite. Tu réussis néanmoins au bout d’un certain temps à te libérer de la jeune fille et sors en portant sur ton visage la satisfaction de celui qui sait qu’il va pouvoir manger tôt sans rencontrer trop de monde sur son chemin.

Que tu crois ! Alors que tu sors dans la cour principale, tu aperçois un petit attroupement. Tu fronces les sourcils mais avant que tu ne fasses un pas de plus, une élève te repère et court vers toi pour te prévenir qu’un jeune homme s’est soudainement effondré. D’un pas rapide tu rejoins les arches :

- Dégagez un peu ! Vous l’étouffez ! lances-tu à la ronde, dispersant d’un geste les élèves assemblés en troupeau autour du corps éteint. Toi, ajoutes-tu en pointant un grand gars du doigt, va me chercher l’infirmière ! Vite !

Le jeune homme cligne des yeux avant d’hocher fébrilement et partir en courant. Tu te penches sur le blond dont les yeux sont grands ouverts, trop d’ailleurs. Ecarquillés serait plus juste. Les doigts de sa main s’agitent et finissent par se refermer sur ta chemise. Doucement, tu les détaches du tissu bariolé de perroquets de toutes les couleurs pour les serrer dans les tiens. De ta main libre, tu prends le pouls de l’étudiant :

- Eh ? P’tit gars ? murmures-tu, rassuré par le battement que tu perçois malgré leur rythme trop rapide. Eh, tiens bon ok ? L’infirmière va pas tarder.

Les petits couinements poussés par le jeune homme te serrent le cœur. Tu te dis qu’il parait sacrément douiller, le pauvre gosse. Enfin, l’infirmière arrive et se penche un moment à tes côtés :

- Il faut l’amener à l’infirmerie, finit-elle par déclarer. Tu peux le porter ?

Tu hoches de la tête et quitte la main du garçon pour glisser tes doigts dans sa tignasse blonde.

- Eh ? T’es prêt ? Je vais te soulever, mais panique pas, ok ? On va juste te bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Élève

Sexe : Masculin
Date d'inscription : 05/08/2016
Messages : 210


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)   Sam 29 Avr 2017 - 17:46

Tous lui étaient flou, tous les sons s’estompaient dans un silence de mort et plus rien, mise à part la douleur, s’interférait dans son esprit. La seule chose qu’il remarqua, après bien quelques minutes d’agonie, était l’attroupement d’élève. La pire chose qui pouvait lui arriver, c’est de montrer sa faiblesse à tous les autres. Il ne l’acceptait pas, les gens le mépriserais. Il préférait que les gens le haïssent pour ses actions que ce qu’ils le croient faible. Être froid avec tous… il préférait ça. Malgré tout, il commençait à paniquer. Il voulait partir d’ici, que tout ceci ne soit pas réel, que personne autour ne le connaissent personnellement. C’était la pire chose qui pouvait lui arriver.

Puis, alors que sa douleur ne s’estompait absolument pas, il sentit une main dans la sienne. Son cœur rata un battement. Il ne put comprendre ce que ça lui avait produit au fond de son être… Il ne comprenait pas. La douleur avait comme disparu pendant ce petit laps de temps. Mais, malheureusement, cela lui reprit instantanément, comme un éclair le foudroyant.

Il ne comprenait rien aux paroles de la personne qui lui venait en aide. Par ailleurs, il ne savait même pas qui s’était. Une femme ? Un homme ? Il ne comprenait plus rien de ce qu’il se passait. La sueur perlait sur sa peau pâle. Ces cheveux blond, pareil à des rayons de soleil, se collaient à son front humide. Le blond sentit que la personne près de lui s’animait. Il fut incapable de dire quoi que ce soit mise à part se concentrer sur sa douleur. Il se sentit décollé du sol. Son poids ne signifiait presque rien pour cet personne. Il semblait être à peine plus léger qu’une plume d’oiseau. Même s’il détestait cette situation, il n’avait guère d’autre choix que de l’accepter.

_________________
Helden theme song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien n'est jamais noir ou blanc, seul le gris demeura (with Oz <3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien n'est jamais simple. | Harriett.
» Qui ne retente rien n'a jamais rien [12/01 -> Ebène]
» Rien n'est jamais facile... [Livre I - Terminé]
» Isis | Rien n'est jamais fini.
» I'm looking right at the other half of me » #Nayi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Verius Academy :: Saint-Verius Monastery :: Cour & Jardins-
Sauter vers: